Comme nous vous l'annoncions "dans notre dernière édition", nous vous offrons quelques pages d'histoire.

C'est le Hangar à Sel qui débute cette série consacrée au Patrimoine des Portes. De son nom scientifique, salorge, le hangar à sel servait de remise pour le sel des sauniers de la commune. Il était ensuite acheminé par voie maritime vers d'autres ports du littoral d'où il était embarqué sur des gabares qui remontaient les fleuves (La Charente, par exemple). 

Puis, il était vendu dans les villes et les campagnes où il servait à la conservation des viandes et poissons. Ces mêmes gabares redescendaient la Charente chargées de canons (Fonderie de Ruelle), de pierres de tailles (Crazannes, St. Même les Carrières), de bois de chêne ( Limousin).

salorge: nom féminin (mot dialectal, du latin sal, sel, et horreum, grenier)

 

Le bourg actuel des Portes-en-Ré apparaît au Moyen-Âge, il dépend alors du prieuré Saint-Etienne d’Ars. Son nom trouve son origine dans sa position géographique, à l’entrée du Fier et de l’ancienne île d’Ars.

Situé à l’extrémité de l’île, le village reste longtemps isolé. Enfin relié à l’île d’Ars au XVe siècle, ce territoire est érigé en paroisse en 1548 mais demeure difficile d’accès jusqu’au XXe siècle.

La mer est alors la principale voie de communication. Au début du XVIe siècle, le développement des marais salants autour du Fier attire de nouvelles familles. On peut noter le rôle important de deux notables fortunés, Jehan Conan et Jehan Mervaud, qui en créant des salines à proximité du bourg vont le protéger des submersions.

C’est au XVIIe siècle que ces prises atteignent leur plein essor. Afin que les bateaux qui remontent les chenaux puissent accoster et effectuer leur chargement de sel, les habitants construisent des appontements et des charges. Une de ces charges se nomme « le Vieux Port de la paroisse ». Elle se situe au fond d’un méandre du chenal. Cette dernière permet le chargement du sel mais aussi le débarquement des vivres que les habitants ne peuvent pas produire. Rapidement, l’étroitesse et le faible courant entrainent l’envasement des chenaux et seuls les bateaux de petit tonnage peuvent encore y naviguer.
Au début du XIXe siècle, la situation du Vieux Port est devenue critique, en raison d’un mauvais entretien qui va jusqu’à le rendre impraticable en hiver. Des travaux commencent à être envisagés par le négociant Jean-Baptiste Bernaud qui, pour financer le projet, demande à percevoir sur chaque bateau qui accostera dans le port 50 centimes par tonneau. Ce projet est refusé par le préfet mais permet d’introduire l’idée de la construction d’un port à cet endroit.

 

à suivre...                                                                                                                                                         J.L.G.

 

 

Et non, 1960, les Yéyés ne sont pas de retour. On aurait préféré. 

C'est cette fameuse seconde vague tant redoutée qui est là. 

 

 

Alors, tout ce qui était prévu, n'est que partie remise. On se donne rendez-vous vers le 1er. décembre.

D'ici cette date, portez-vous bien!

Profitez-en pour nous suivre sur le site.

 

A bientôt.                                                                                                                         J.L.G.

 

 

Il faut savoir se renouveler ! Et l'A4p, la première.

Entre nous, sincérement, le Trou d'Cheu, le Trou d'Cheu et encore le Trou d'Cheu. La monoculture de l'écluse a ses limites.

Nous avons bien travaillé sur le sujet, ça avance lentement mais sûrement. Après deux années d'études préliminaires, de documentations et avis, puis une présentation et une acceptation pleine et entière, le chantier a pris forme. Il est actuellement au-delà de ce qu'était l'écluse en 70/80...

                                                          

 

Du Patrimone, les Portes en regorge. 

Alors, des sujets tels que: église, blockhaus, Redoute, salorge, amer...vous seront proposés dans nos prochains éditos.

                      J.L.G.                            

 

 

 

                                                                                         

 

 

Si prendre l'air devient nécessaire, si l'inactivité vous pése, une seule solution:

le CALAGE !

C'est simple, il suffit d'être muni d'une paire de gants, d'un seau et d'une massette.

Ensuite, laissez-vous guider par les fentes et interstices qui accepteront toutes les petites pierres 

que vous leur offrirez.

 

Les dates à retenir sont les suivantes:

le vendredi 30 octobre à 9h30,

le samedi 31 octobre à 10h00,

le dimanche 1er. novembre à 10h30,

le lundi 2 novembre à 11h00 et

le mardi 3 novembre à 11h30.

La durée d'une séance n'excède pas une heure.

Et si la météo est défavorable, ce sera tarot et jeu de l'oie, avec vin chaud !

                                                                                        (L'abus d'alcool nuit gravement à la santé)

                                                                                                                                                                     J.L.G.

 

Depuis plus de trois saisons, nous creusons, bâtissons, piochons....

Et voici qu'une aide bien précieuse nous a rejoints: NAISSAIN !

Naissain est venu coloniser les pierres posées par nos soins. Ainsi, les moindres fentes et interstices sont peu à peu scellés.

Naissain: On appelle naissain (dérivé de naître et du suffixe -ain) les juvéniiles de différents mollusques, notamment d'espèces faisant l'objet de cultures marines comme les huîtres ou les moules.

Ce terme est le plus souvent employé au singulier (« le naissain ») pour faire référence à un ensemble de juvéniles fixés à un substrat. Lorsqu'il est employé au pluriel, il désigne généralement une larve qui a atteint un stade de développement et une taille pour être capté.

                                                                                                 

Bien sûr,tout cela est fragile et il faudra encore des années et des années pour que toute la partie refaite soit tapissée d'huîtres. Ce n'est qu'un début, mais c'est très encourageant. 

Merci Dame Nature.                                                                                                 J.L.G.