Les tempêtes se succèdent, plus ou moins ventées et houleuses. 

Notre patrimoine marin, comme terrestre, résiste plutôt bien.

Seule écluse impactée, La Chiouse, continue à panser ses blessures. 

De Rivedoux aux Portes, tous les terrains regorgent d'eau.

Les floraisons de mimosas, de jonquilles et autres fleurs de début de printemps, ne sont qu'un vague souvenir.

Les fruitiers bourgeonnent... Les crevettes n'ont pas quitté nos côtes, les sardines sont encore là, les poissons de Méditerranée viennent nous rendre visite...

Ah! Le déréglement climatique! Ce ne sont pas que deux mots juxtaposés! 

 

Billet d'humeur                                                                                                                                J.L.G.